Tumblelog by Soup.io
Newer posts are loading.
You are at the newest post.
Click here to check if anything new just came in.

November 29 2010

6 stratégies pour développer la fidélité de vos visiteurs

Une règle d’or dans le monde des affaires stipule qu’il est toujours plus facile de vendre au même client deux fois, plutôt que de continuellement investir des efforts à séduire une nouvelle clientèle.

Une des principales raisons est qu’en améliorant votre volume de vente en provenance d’une clientèle établie, vous réduisez vos efforts et dépenses marketing, en pigeant constamment au sein du même bassin.

Cette règle s’applique particulièrement bien au Web. Si l’Internet demeure un des médiums les plus efficaces pour rejoindre et initier un dialogue avec votre clientèle, il va sans dire qu’une campagne de marketing Web n’est pas sans prix, et que des efforts en temps et budget sont requis pour développer une visibilité en ligne.

Voilà pourquoi qu’en travaillant à développer la fidélité de vos visiteurs, soit en les incitant à interagir avec votre site et en leur donnant de bonnes raisons pour revenir, non seulement vous maximiser vos efforts en conservant vos visiteurs acquis, mais également vous développez la valeur de votre site et le branding au sein de son industrie.

L’exemple Facebook

Facebook est devenu en l’espace de quelques années le site Internet le plus fréquenté au monde, avec un achalandage incroyable de 540 millions de visiteurs par mois. Ce qui est encore plus impressionnant à mon avis, c’est qu’on estime que près de 78% de ce trafic revient continuellement sur le site.

Une des clés du succès de Facebook est de faire revenir les visiteurs sur son site en présentant un haut niveau d’interaction, par exemple en échangeant avec ses amis, en consultant les photos et les commentaires sur les statuts, pour ne nommer que ceux-là.

Bien sûr, on ne peut pas tous être des Facebook, cependant voici 8 stratégies pour vous aider à développer la fidélité de vos visiteurs, et qui sait, peut-être devenir le prochain site majeur de votre industrie :)

Stratégie #1 : Récompensez vos visiteurs

Une des meilleures façons d’influencer positivement les gens est de reconnaître leurs qualités et démontrer une appréciation sincère pour leurs efforts. Lorsque l’on applique ce principe au Web, il s’agit de récompenser vos visiteurs pour le temps passé sur votre site, en leur accordant des statuts virtuels démontrant leur niveau d’interaction.

Un site Web utilisant très bien cette stratégie est la communauté de blogueurs Scribnia, qui accorde à ses utilisateurs des badges méritées suite à leur implication sur le site.

Scribnia

Scribnia

Les utilisateurs auront donc la possibilité de décrocher des nouveaux titres afin de se différencier de la masse, et ainsi démontrer fièrement leur implication. De l’autre côté, la communauté s’agrandit, ce qui devient donc une recette gagnant-gagnant.

De votre côté, sans avoir nécessairement une communauté à gérer, comment pouvez-vous remercier vos visiteurs suite à leur implication sur votre site?  Certains sites e-commerce accordent des rabais suite à une inscription à une infolettre ou encore si un témoignage est écrit.

Vous pourriez également souligner l’effort un une action particulière d’un visiteur ou d’un client important pour votre entreprise, en le mentionnant directement sur votre site ou encore sur votre blogue.

Stratégie #2 : Développez l’intelligence de vos visiteurs

Si vos produits et services ont pour objectifs de répondre aux besoins de votre clientèle, une stratégie de base consisterait à démontrer les nombreux avantages de vos produits et leurs différentes applications. En poussant l’idée plus loin, il s’agirait de créer un contenu éducatif et complémentaire à vos services, visant à développer les connaissances de vos visiteurs.

Par exemple, si vos visiteurs sont intéressés au marché boursier et que vous êtes un conseiller financier, pourquoi ne pas mettre en ligne un glossaire expliquant les différents termes de votre domaine?  Dans le marché hypothécaire, les outils comme les calculatrices de prêt font rages depuis plusieurs années, puisqu’on sait que les visiteurs ont de bonnes chances de revenir consulter l’outil la prochaine fois qu’ils planifient le montant de leur emprunt.

Appliquez-vous à identifier les problématiques rencontrées par votre audience, développez un contenu de qualité venant répondre à ses questions, tout en mentionnant que vous mettez continuellement à jour vos ressources en les incitants à ajouter votre site à leurs signets.

Stratégie #3 : Produire un contenu personnalisé par type de profil

De nos jours, rarement nous allons faire un achat en ligne sans effectuer des recherches au préalable, et surtout sans consulter les recommandations et témoignages des utilisateurs du même produit. Voilà déjà plusieurs années, Amazon a compris la puissance des évaluations et commentaires et fut l’un des premiers à incorporer ce système à sa plateforme d’achat.

S’il est utile de savoir que x acheteurs sur un total de y ont apprécié le produit, il n’en demeure pas moins que cet indicateur peut manquer quelques fois de précisions. En effet, comment puis-je m’identifier à des commentateurs anonymes, possédant des goûts et intérêts différents des miens?

Buzzillions.com, une communauté dédiée aux évaluations de produits en tous genres, a décidé de pousser plus loin le pouvoir des recommandations, en donnant la possibilité de séparer et trier les commentaires selon le profil des utilisateurs, et la future utilisation du produit.

Par exemple, le visiteur du site peut consulter les témoignages selon l’expérience et ses habilités, allant de l’amateur à l’utilisateur professionnel, ce qui vous permet de consulter des évaluations correspondant exactement à votre profil.

Cette recommandation peut vous être utile même si vous ne vendez pas directement en ligne. Si vous offrez des services professionnels, pouvez-vous en dire plus sur le profil de vos clients ayant embauché votre expertise?

Pouvez-vous faire une étude de cas par profil d’utilisation, en gardant en tête l’information susceptible d’être recherché par votre visiteur?

Stratégie #4 : Offrir des programmes d’accès exclusifs

Le sentiment d’exclusivité relié à un produit est une tactique que les professionnels en ventes en marketing exploitent depuis longtemps. Trouvez le moyen de rendre votre produit ou service désirable, offrez-le en quantité limitée, et les consommateurs feront tout pour l’obtenir, la plupart du temps même s’ils n’en ont pas besoin. On pense aux fameux produits Apple continuellement hors de stock, ou encore les clubs privés, invitant certaines personnes triées sur le volet.

Appliquée au Web, cette idée peut devenir une stratégie intéressante pour engager les visiteurs avec votre site, et développer le sentiment d’appartenance.  Si vous avez un volet éducatif ou encore une communauté, restreindre l’accès et choisir individuellement vos membres aura l’effet de conserver la qualité du membership à son maximum, tout en créant un certain sentiment VIP parmi les élus.

Dribbble.com, une communauté de designers Web, fonctionne uniquement par invitation. Le site a connu un franc succès, et nombreux sont les malheureux campant à l’extérieur du programme et faisant des pieds et des mains pour y être invités.

De votre côté, pouvez-vous bénéficier de mettre une partie de votre contenu en exclusivité? Si vous êtes déjà gestionnaire d’une communauté, réfléchissez aux possibilités de créer une plateforme entièrement exclusive, visant à récompenser vos membres les plus actifs, et ainsi créer un engouement relatif à votre marque et développer la perception de votre image de marque.

Stratégie #5 : Gardez votre contenu à jour

Si vous êtes impliqués présentement dans le développement de la présence Internet de votre entreprise ou celle de vos clients, vous connaissez sans aucun doute l’importance d’avoir une stratégie de contenu non seulement pertinente, mais surtout mise à jour continuellement pour refléter les intérêts de vos visiteurs.  Au fameux cliché « Content is king », à mon avis il faut ajouter « fresh quality content is king » :)

À ma connaissance Mashable est l’un des meilleurs exemples de sites utilisant ce principe. Personne ne peut dénier leur immense popularité et leur domination du marché des nouvelles reliées au marketing 2.0 et dernières tendances. Le site reçoit plus de 2 millions de visiteurs par mois, et compte sur près de 500,000 abonnés RSS, soit des visiteurs consultant leur contenu tous les jours.

Une des clés de leur succès? Un contenu continuellement mis à jour, et résonnant à chaque fois avec les intérêts de leurs visiteurs.

Fait intéressant, on remarque que leur contenu est généralement plus succinct que détaillé, ce qui porte à croire que vous pouvez vous simplifier la tâche en écrivant des articles concis et en quantité, mais sans négliger la qualité bien sûr.

En ce qui vous concerne, pouvez-vous développer votre stratégie de contenu, et donner l’impression à vos visiteurs de devoir revenir continuellement s’ils veulent demeurer au courant des dernières nouvelles?

En présentant un contenu à jour, vous démontrez que votre entreprise est très active et non statique,  est au courant des dernières tendances de son marché.

Stratégie #6: Facilitez les options d’abonnements

Les fils RSS et communautés 2.0 ont l’avantage de multiplier les opportunités pour une entreprise de développer la fidélité de son auditoire. À travers les profils Twitter, pages Facebook et abonnement RSS, jamais les utilisateurs n’auront autant de possibilités de suivre une source de nouvelle sous la plateforme de leur choix.

Un gestionnaire marketing Web averti a donc tout intérêt de faciliter l’abonnement aux diverses sources de contenu liés à la présence de l’entreprise, donc faire en sorte que les visiteurs puissent s’informer selon leurs préférences.

Pour une deuxième fois dans cet article, Mashable donne l’exemple en présentant aux visiteurs plus de 50 différents types d’abonnements personnalisés, soit par communauté ou par thématique de contenu.

Cet exemple peut sembler un peu extrême, et à moins d’être un éditeur de contenu à temps plein, peut ne sembler pertinent pour votre site Internet.

Cependant, la clé est de réfléchir aux différentes façons que notre auditoire peut consulter notre contenu, sans nécessairement être sur notre site. Par exemple l’une de mes clientes sait que ses lecteurs consultent les articles du blogue alors qu’ils sont en déplacement entre deux rendez-vous, donc une boîte d’inscription servant à retransmettre les articles par courriel est mise en évidence.

De quelle façon vos lecteurs sont-ils susceptibles de consulter votre contenu, hors de votre site? Sous quelles communautés se trouvent-ils?

Identifiez les plateformes fréquentées par votre audience cible, développez une source d’information basée sur leurs intérêts, et facilitez les inscriptions et abonnements à votre contenu.

Vous développerez ainsi non seulement la fidélité de vos lecteurs, cependant également à travers les différentes communautés, ce qui contribue à développer la perception de votre brand en ligne.

Conclusion

Le commun des mortels va remarquer que les exemples mentionnés dans cet article proviennent de sites considérés comme des géants en ligne, tel que Facebook, Scribina, et Mashable.  Après tout, ces sites comptent sur des équipes marketing Web et des budgets à rendre jaloux la plupart d’entre nous.

Cependant, la clé est de se souvenir que tout succès Internet, que l’on soit un Facebook ou une petite entreprise, commence par un premier pas.  Tout comme dans le monde des affaires traditionnel, il peut être intimidant de se comparer aux meilleurs, cependant vous pouvez ainsi appliquer leurs stratégies à votre marché, et vous inspirer de leurs succès.

Nul besoin d’être un Mashable dès le premier jour, la clé est de s’améliorer continuellement et toujours garder vos visiteurs au sein de l’équation :)

November 08 2010

Google Places : Un aperçu de l’avenir des résultats organiques ?

Le marché des recherches locales est une industrie florissante et en pleine croissance, comme le fait état ce commentaire d’un ingénieur de Google mentionnant que 20% des recherches en ligne effectuées par les internautes ont un objectif de localisation :

“More than 20 percent of Google searches are related to location. That’s a very significant amount. “We’re making it faster and easier to find places.”

Avec cette statistique surprenante, on peut facilement comprendre l’intérêt de Google de solidifier son emprise sur les recherches locales, particulièrement en offrant aux propriétaires de petites entreprises une panoplie d’outils et d’options pour augmenter leur visibilité en ligne.

Le moteur de recherche annonçait tout dernièrement une mise à jour majeure de son centre d’entreprises locales (local business center), qui se retrouve maintenant re-brandé sous Google Places, qui se veut un super annuaire de destination locales.

L’objectif est fort simple : connecter les millions d’entreprises et destinations à travers le monde avec les internautes à la recherche d’information locale.

Une influence sur les résultats organiques

Premièrement, une présentation des changements introduits par Google Places :


  • On remarque rapidement que la carte locale (1) a été déplacée des résultats organiques vers la colonne de droite, et est plus interactive qu’avant.
  • Alors que Google Local avait le fameux « 7 pack » qui consistait de 7 résultats d’entreprises locales, le nombre de résultats locaux affichés par Google est maintenant varié, alors que dans certains recherche Google affiche maintenant 10 résultats, ce qui empiète sur les listings naturels en les poussant encore plus loin dans le bas de la page.
  • De plus ces annonces apparaissent dès le haut de la page, ce qui fait que l’importance d’une bonne crédibilité locale devient de plus en plus importante.
  • Les commentaires à propos des entreprises sont directement incorporés dans les résultats organiques.


À mon avis, il s’agit d’un des plus grands changements aux résultats organiques depuis l’apparition des résultats universels provenant des différentes catégories de recherches dites verticales, tels que les vidéos, photos et autres contenus alternatifs.

Une monétisation presque certaine à venir

Google est reconnu pour s’immiscer dans des marchés au moyen d’offres gratuites, éliminant ainsi toute concurrence, et ensuite monétiser une fois la domination exercée. Il s’agit de la recette derrière le succès d’AdWords, également Gmail.

Pour ce qui est de Google Places, je suis prêt à mettre ma main au feu que des options additionnelle seront mises à portée des propriétaires de site voulant maximiser leur visibilité au sein de leur marché local, bien sûr en échange d’un montant d’argent.

C’était en effet le modèle des pages jaunes au tout début, et ce qui a mené à leur succès. On vous offre une visibilité de base dans notre annuaire, cependant vous voulez votre titre en gras, ou bien être en haut de la page? Payez un extra.

Pourquoi ne pas appliquer la même stratégie à Google Places, avec une formule améliorée?

Lorsqu’on considère toutes les catégories de services, produits et de destinations pouvant être individuellement catégorisées et promues à travers Google Places, et surtout que Google possède déjà toutes les données de clics nécessaires pour établir leur prix de vente, on a peine à imaginer le potentiel monétaire que Google pourrait dégager avec une offre commerciale.

Une formule appliquée à d’autres industries?

Le plus épeurant est peut-être de réaliser comment cette nouvelle formule de résultats organiques personnalisées ouvre de nouvelles portes à Google. Comme le mentionne l’excellent Aaron Wall,  rien n’empêchera Google d’utiliser ce modèle d’algorithme personnalisé à toutes industries recherchées en ligne.

Par exemple, le marché immobilier. Vous cherchez pour une maison dans tel secteur, Google vous sort des listings immobiliers à même les résultats de recherche. Vous voulez le meilleur billet d’avion pour aller en Europe? Google vous offrira les meilleurs rabais directement à travers votre recherche.

Chaque recherche que vous effectuez signifie une nouvelle opportunité de monétisation pour Google.

L’avenir du SEO

Comme à tous changements impliquant les résultats organiques, plusieurs spécialistes de l’industrie lève le drapeau blanc, et signale la fin de l’industrie. SEO is dead.

Personnellement, je ne pense pas que l’industrie du SEO se conclut aujourd’hui. Par contre, notre travail est devenu en l’espace d’une mise à jour beaucoup plus complexe qu’auparavant.   À chaque fois que Google limite les résultats organiques à travers une mise à jour, la valeur du SEO organique augmente, en même temps que le niveau de difficulté et la concurrence.

Si j’ai un conseil à donner aux propriétaires de sites, c’est de continuer à travailler la crédibilité de votre site Internet. Développer les interactions avec votre clientèle, récolter les témoignages, et appliquez-vous à construire un brand solide.

Après tout, ces éléments risquent de sortir en tête de liste la prochaine fois que votre prospect effectue une recherche.

October 24 2010

La créativité : votre meilleur atout au sein de votre stratégie SEO

Sans vouloir sombrer dans la nostalgie, nombreuses sont les occasions où je me remémore mes débuts en SEO, avec un sourire aux lèvres, en me rappelant comment il était facile de classer un site rapidement en faisant preuve d’un peu de manipulations d’imagination.

Alors que Google n’en était pas à sa 1862e mise à jour afin de continuellement compliquer la tâche des professionnels en SEO, classer un site au début des années 2000 ne requérait que quelques liens entrants achetés, un peu de suroptimisation, et le tour était joué.

Évidemment, la situation a bien changé en 2010, alors que les algorithmes sont de plus en plus complexes, et exigent un haut degré d’habilité, que ce soit au niveau du contenu du site ou encore dans les stratégies de liens entrants et de relations publiques.

Se fier uniquement sur les annuaires généralistes et une suroptimisation de votre contenu n’est malheureusement plus suffisant pour développer sa visibilité Internet. La meilleure corde à l’arc d’un spécialiste SEO est dorénavant la créativité appliquée au niveau des stratégies de contenus et de liens.

Un avantage net sur vos concurrents

L’Internet a toujours été un terrain fertile pour les petites entreprises désirant rivaliser avec des concurrents armés de plus grands budgets. Les petites entreprises ont l’avantage de pouvoir agir et de faire preuve d’audace dans leurs stratégies de marketing Internet, alors que les grandes compagnies sont souvent ralenties par leur hiérarchie interne.

Ce qui est surprenant n’est pas que cette affirmation est devenue un cliché au fil des ans, mais bien qu’elle s’applique encore aujourd’hui, et même à la plupart des sites Internet. Soit que les gestionnaires de sites font preuve de paresse et appliquent le minimum d’efforts possibles, ou ils ont peur de déranger et s’appliquent à ne pas se faire remarquer.

Si vous regardez dans la plupart des marchés en ligne, les joueurs qui dominent leur marché sont ceux qui n’ont pas peur de faire des vagues dans leur industrie, et jour après jour, innovent leurs stratégies de positionnement.

Exemple #1 : OkCupid et l’étude controversée

L’industrie des rencontres entre célibataires est l’une des plus concurrentielles en ligne. Si au Québec nous avons Réseau Contact et LavaLife, le marché américain pullule de sites chacun mentionnant leur habilité à matcher les visiteurs entres eux.

OkCupid.com, un site moins connu et possédant peut-être le 1/100 du budget de PlentyofFish.com et autres géants de l’industrie, a fait preuve d’originalité pour se démarquer dans son marché.

Utilisant leur blogue comme levier, OkCupid.com s’est appliqué à créer du contenu unique, jusque-là, dans l’industrie, soit en publiant des études de cas originales portant sur les rencontres en ligne, cependant dans un angle éditorial qu’aucun site de cette industrie n’avait employé auparavant.

Par exemple, l’un de leurs articles qui a fait le plus de bruit porte sur comment les gens de différentes religions et provenances peuvent faire des bons couples, et ce, malgré les croyances populaires. L’article se base sur des données mesurables, et décrit, entre autres, comment les hommes juifs peuvent bien s’entendre avec les femmes de religion musulmane, ce qui est pas mal osé comme affirmation.

Cet article a évidemment fait beaucoup jaser en ligne, et a suscité beaucoup d’attention et de réactions quelques fois négatives. Cependant, je considère cette initiative géniale, et ce, pour plusieurs raisons :

  • OkCupid.com démontre sa grande connaissance du marché des rencontres en ligne, en publiant des études de cas tirées de données vérifiées et solides.
  • Le site se démarque dans son industrie en ciblant une niche à ce moment peu exploitée, soit les rencontres entre personnes de religions différentes.
  • L’article est d’une très grande qualité, et porte sur un sujet ouvrant la porte à la controverse.
  • Ce contenu peut facilement se retrouver dans les médias à grande portée, ce qui ouvre la porte à une visibilité de masse.

En faisant preuve de créativité dans la mise en ligne de leur contenu, le blogue récolte à ce jour près de 300,000 liens entrants, et le site se classe 2e au moment d’écrire ces lignes sous le très concurrentiel mot-clé « free online dating ».

Exemple #2 : Smashing Magazine et les conseils d’experts

Une des meilleures stratégies pour se démarquer en ligne consiste à non seulement réfléchir au type de contenu que votre clientèle désire lire, mais également celui qui peut directement contribuer à résoudre un problème rencontré par vos lecteurs.

SmashingMagazine.com est un magazine réputé au sein de la communauté de développeurs et designers Web, et vise à promouvoir l’innovation et la créativité par le biais de son contenu.

Puisqu’une grande part du lectorat du magazine est des étudiants désirant améliorer leur potentiel de carrière, le magazine a eu l’idée ingénieuse d’interviewer 16 experts reconnus de l’industrie et de leur demander conseil sur comment les designers débutant dans le métier peuvent se démarquer.

Outre les conseils pertinents provenant d’experts, cet article comporte les bénéfices suivants :

  • Même si ce contenu est récent (2010), les conseils sont à l’épreuve du temps, ce qui veut dire que le contenu est susceptible de développer sa popularité et récolter des liens entrants pour encore de nombreuses années.
  • Le magazine développe son branding de ressource #1 du Web auprès des designers, tous niveaux confondus, en présentant des conseils et recommandations à la fine pointe de l’industrie.
  • Le guide est très bien construit, plaisant à lire et à consulter, bref un format idéal de présentation.
  • L’audience ciblée – les designers Web – est reconnue pour son tempérament généreux lorsque vient le temps de donner des liens entrants à l’information de qualité.

Résultat : Le guide est en ligne depuis quelque mois seulement, et compte déjà 1,035 liens entrants et se classe au 2e rang pour le mot-clé « student designers advice ». De votre côté, comment pouvez-vous aider votre lectorat à améliorer leur condition professionnelle/personnelle?

Exemple #3 : Atomic Tom et les instruments volés

Pas facile de se démarquer lorsqu’on est un groupe de musique. On connaît tous les habilités de YouTube et MySpace pour aider les artistes à se populariser, cependant ces tactiques sont déjà surutilisées et un nouveau vent d’originalité doit souffler.

Atomic Tom, un groupe passablement connu, a réussi à attirer beaucoup d’attention dernièrement avec son fameux vidéo-clip démontrant le groupe jouant une de leurs chansons à partir de leur appareil iPhone, dans un wagon de métro de New York.

Après s’être fait *supposément* voler leurs instruments musicaux, le groupe se venge et défoule leur frustration à l’aide de leur iPhone. La scène est bien sûr filmée, fût bien réussie :

Le résultat est une attention médiatique surchargée, alors que la nouvelle fait rapidement le tour des plus grands quotidiens en ligne, ce qui se transforme évidemment en une marée de liens entrants d’une qualité dont la plupart des spécialistes SEO ne peuvent que rêver.

La vidéo a récolté plus de 2,7 millions de visualisations, la chanson du groupe a fait un bond à la 86e position des chansons les plus demandées sur iTunes, un impact direct sur les revenus du groupe musical.

Le groupe a par la suite révélé que le tout était planifié et soigneusement chorégraphié, mais bien sûr, la publicité du groupe était déjà faite :)

Exemple #4 : SEOmoz et le top 500

Puisque plusieurs lecteurs de ce blogue sont des professionnels SEO, j’ai pensé qu’un exemple propre à cette industrie serait intéressant. Après tout, il est important de se tenir au courant de ce que la compétition fait :)

SEOmoz a évidemment nul besoin de présentation. L’une des firmes SEO les plus reconnues mondialement, l’entreprise se concentre dorénavant sur la formation et outils en ligne pour les spécialistes de l’industrie.

Même si j’avais le choix de plusieurs exemples, je crois que leur classement des 500 domaines du Web récoltant le plus grand nombre de liens entrants est l’une de leurs meilleures créations.

Pour des gens œuvrant en marketing Internet, ce guide a son pesant d’or, et pour plusieurs raisons :

  • Les liens entrants sont le principal facteur de succès en SEO. Avoir une liste des domaines excellant en cette matière aide mon inspiration et conserve mes stratégies à jour.
  • Le guide est mis à jour tous les mois. Si un nouveau joueur fait son apparition dans le classement, cela signifie que sa stratégie fût fortement efficace.
  • Même si l’on retrouve les plus grands sites du Web, certaines leçons de base peuvent être tout de même appliquées à votre stratégie. Par exemple, Adobe et son plug-in Flash contenant un lien direct vers la page d’accueil de la compagnie.
  • Qu’on parle des géants du top 10 ou des plus petits sites vers la fin du classement, tous les sites sur cette liste ont fait preuve d’originalité dans le développement de leur modèle d’affaires en ligne, donc tous et chacun des cas d’étude intéressants.

Le classement récolte 1,425 liens entrants en provenance de la communauté, et la plupart d’entre eux provenant de concurrents, ce qui est en soi un accomplissement intéressant.

Une stratégie impossible à copier

Aaron Wall est le spécialiste SEO pour qui j’ai plus grand respect, et une de ses citations que je préfère est la suivante :

People (and algorithms created by people) usually can’t clone what they don’t understand.

Si vous voulez vous démarquer en ligne, appliquez-vous à créer une stratégie et un contenu qui sera impossible à copier par vos concurrents.

En cette ère de contenu facile et de spam, devenir mémorable par l’entremise de votre stratégie est la route la plus efficace vers une visibilité de pointe au sein de votre industrie.

October 15 2010

3 lectures Web pour un directeur du marketing d’une PME en B2B

Je viens de partager quelques conseils de lecture avec une directrice du marketing d’une PME sur un marché B2B.

Elle souhaitait avoir un aperçu des bonnes pratiques pour utiliser Internet comme un levier pour ses affaires.

Voici un extrait, traduit en français, du courriel :

eMarketing Strategies for the Complex Sale est la référence du marketing par contenu pour les entreprises en B2B. Son auteure, Ardath Albee, publie le blogue Marketing Interactions. Découvre-donc quelques-uns de ses derniers billets et vois si cela te donne envie de lire le livre.

Une ressource incontournable quand viendra le temps de travailler sur votre nouveau site est le Guide des meilleures pratiques Web par Alliance Internet. Son téléchargement est gratuit.

Pendant quelques minutes, je suis repassé à travers l’ouvrage des cofondateurs d’HubSpot, Inbound Marketing. C’est une collection de trucs pratiques sur le marketing numérique pour débutant. Certaines pages valent la peine d’être lues mais vous ne devriez pas lire le livre du début à la fin. Le billet du 19 septembre par la directrice du marketing de Marketo pourrait faire la job : How B2B Marketers Can Get More Leads into the Funnel via Inbound Marketing.

Je réalise, en relisant mon article, que je n’ai pas mentionné Yes We Did. Je le qualifiais pourtant, en 2009, de meilleur livre d’affaires Web de l’année. À ma place et avec une seule recommandation à faire, sur quel ouvrage de votre bibliothèque auriez-vous porté votre choix?

P.S : Bravo et merci à Dave Heuts pour la photo illustrant ce billet.

October 04 2010

Comment calculer le ROI d’une stratégie 2.0

S’il est relativement facile de quantifier le succès d’une stratégie SEO ou PPC suite à la mesure d’objectifs tels que  l’amélioration d’un classement organique ou la conversion de visiteurs qualifiés,  mesurer le rendement d’une stratégie 2.0 apporte son lot de complexité.

Que devons nous mesurer, le nombre d’abonnés Twitter, de fan Facebook ou de visualisations sur YouTube? Ce sont tous des mesures intéressantes, cependant les gens d’affaires sérieux voudront savoir l’impact de ces statistiques sur leurs résultats d’affaires. Le bottom line, quoi :)

Si vous désirez vendre la mise en place d’une stratégie 2.0 à votre patron ou à vos clients, vous devez prouver que les actions posées sous les communautés auront un impact mesurable sur les chiffres d’affaires de l’entreprise.

Afin de vous aider à mettre en place un processus qui vous permettra de mesurer le rendement de votre stratégie 2.0, je vous recommande de feuilleter la présentation suivante de l’excellent Oliver Blanchard.

En appliquant la méthode d’Oliver, il sera possible de quantifier le plus précisément possible les retombées de votre stratégie, mais également savoir quelles sont les activités possédant le plus fort potentiel.

Étape 1 : Identifier la date de lancement

Tout d’abord avant de commencer, il est nécessaire de bien isoler le début de la campagne sous les campagnes 2.0, et seulement si possible, ne pas lancer d’autres offensives majeures dans d’autres médias traditionnels.  Ceci afin d’isoler et quantifier les résultats de la campagne 2.0 le plus précisément possible.

Ensuite, tracer une ligne de temps des derniers mois ou même des dernières années si votre entreprise possède un solide historique, et identifier le début des actions 2.0.

step1

Comme nous le verrons par la suite, cette première étape est essentielle, car nous devrons être en mesure de prouver que les initiatives posées sous les communautés ont amélioré la performance de votre entreprise, croissance à l’appui.

Étape 2 : Créer un calendrier des activités sous les communautés

La deuxième étape consiste à identifier toutes les actions entreprises par votre équipe sous les communautés, et les regrouper sur une ligne de temps.

Je recommande également de laisser un certain délai entre les actions majeures (par exemple les créations de profils) afin de vous donner une plus grande flexibilité lorsque viendra le temps d’identifier les actions ayant rapportées.

step2

L’objectif derrière cet exercice est de pouvoir le plus distinctement possible identifier les actions  qui auront eu un impact sur vos objectifs.  Prenez les actions importantes en note ainsi que leurs dates, par exemple l’ouverture de votre compte Twitter et les interventions répétées des gestionnaires sous les différentes communautés.

Un outil comme Basecamp peut vous aider à garder un bon suivi des actions sur un rythme quotidien.  Il sera également important de former l’équipe et leur souligner l’importance de noter chaque action posée.

Étape 3 : Tracer un portrait de l’évolution de vos objectifs

Selon la nature de vos objectifs d’entreprise, la troisième étape consiste à mesurer l’évolution de la croissance de ces objectifs depuis que votre entreprise s’investit sous les médias sociaux. Par exemple si vous possédez un site e-commerce et que vous souhaitez plus de vente, vous devez donc mesurer le volume de ventes.

step3

Grâce à la médiane soulignant le début des activités sous les communautés, il devrait être relativement facile de quantifier les retombées de vos investissements.

Notez que plusieurs mesures différentes auraient pu s’appliquer en fonction de l’objectif, par exemple le nombre de transactions, de téléchargements de fichiers, commentaires sur votre blogue, etc.

Étape 4 : Mesurer les mentions négatives et positives

Si les stratégies sont appliquées au-devant des bonnes personnes au bon moment, celles-ci devraient engendrer des réactions de votre audience. Le but maintenant est de savoir non seulement si ces réactions sont positives, mais surtout, quel est l’impact au niveau des objectifs.

step4

Grâce à un outil tel que Alterian.com, vous pouvez effectuer une recherche sous les communautés avec les mots-clés reliés à votre entreprise, et l’outil vous retournera une liste des commentaires des utilisateurs vis-à-vis votre message.

Divisez ensuite les mentions positives et négatives, appliquez-les à votre échelle du temps, et remarquez si une certaine tendance commence à se profiler. Si vous faites bien votre travail, il devrait y avoir une croissance des mentions positives!

Étape 5 et 6 : Regrouper les mesures et identifier les tendances

Alors que vous devriez avoir plusieurs tableaux sous les mains suites aux premières étapes, le moment plaisant est enfin arrivé, c’est-à-dire qu’il est temps d’analyser les retombées :)

step5

Donc, regrouper tous les statistiques des étapes 1 à 4, soit depuis la ligne de temps à l’implémentation de la stratégie, la liste des différentes actions sous les communautés, la cueillette de vos données d’objectifs mois après mois et les réactions de vos utilisateurs. Combinez toutes les données sous un même tableau, et vous devriez obtenir un tableau similaire :

step6

Vous devriez déjà être en mesure de pouvoir identifier certaines tendances. Attention, il faut s’assurer d’avoir les bonnes mesures au fil du temps, afin que la comparaison demeure pertinente.

Étape 7 : Repérer et maximiser les actions qui rapportent

Nous mentionnions au début de l’article que les gestionnaires ont souvent de la difficulté à mesurer le succès de leur stratégie 2.0, et les retombées au niveau de leurs objectifs d’affaires. Cette dernière étape vise à résoudre cette problématique.

Maintenant que vous avez appliqué toutes les données au sein du même tableau, la dernière étape consiste à identifier les actions ayant directement influencé les objectifs.

step7

Si vous avez bien rempli sur une ligne de temps vos actions posées sous les communautés, vous devriez pouvoir facilement voir quelles sont les initiatives 2.0 qui ont généré une croissance de vos objectifs.

Était-ce un nouvel article que vous avez publié, la mise en ligne de votre page Facebook? Bref, l’objectif est de trouver l’endroit où votre courbe d’objectifs est en croissance, et tirer des leçons précises sur les activités précises qui fonctionnent vraiment.

Vous pouvez ensuite retourner voir votre patron et/ou client et ainsi démontrer que votre stratégie 2.0 a non seulement généré des retombées positives, mais que vous pouvez clairement identifier les actions productives et rentables.

Si vos chiffres sont bien superposés et démontre une croissance positive, vous devriez pouvoir obtenir un nouveau budget pour continuer les efforts :)

Dans le cas où les chiffres sont  négatifs, il faut retourner à la table à dessin, utiliser les tableaux pour identifier les stratégies fautives et à quel moment une amélioration aurait dû être remarquée.

Conclusion

J’en conviens personnellement, il n’est pas facile de mesurer les retombées d’une campagne virale, et c’est une réalité que les médias traditionnels ont eu de la difficulté à vivre avec. L’Internet dans toute sa splendeur et sa complexité permet de mesurer l’efficacité des actions marketing à un niveau encore jamais réalisé.

Il faut se mettre dans les souliers de vos clients; est-ce que vous seriez prêt à investir dans une stratégie 2.0 dont vous ne pouvez mesurer les résultats?  Avec la méthode d’Oliver Blanchard, vous êtes maintenant en bonne posture pour prouver à vos clients que votre stratégie 2.0 rapporte au bottom line de l’entreprise.

August 30 2010

L’art d’obtenir des liens entrants dans une industrie difficile

On ne se le cachera pas, l’obtention de liens entrants est probablement la tâche la plus difficile au sein d’une campagne SEO, du moins celle qui requiert le plus de temps et d’efforts.

Les tactiques de liens entrants « faciles » comme les annuaires et soumissions d’articles fonctionnent encore à un certain degré, cependant ce n’est pas suffisant pour dominer une industrie concurrentielle. Ajoutez à cela que les liens entrants sont le facteur #1 décidant du classement organique d’un site et nous avons un joli problème sur les bras.

Une question que l’on me pose souvent est la suivante « J’œuvre dans une industrie où les nouvelles intéressantes sont rares, comment puis-je faire pour obtenir des liens entrants? ».  Ces propriétaires de sites, souvent corporatifs et B2B, croient qu’il est impossible de développer la popularité de leur site, sous prétexte que leurs contenu et type d’actualité n’intéressent personne.

La pensée populaire virtuelle « que personne ne s’intéresse à notre contenu, donc cela ne vaut pas la peine de faire des liens » est un mythe qui invite les gens à ne pas faire preuve de créativité et à être paresseux dans le développement de leurs stratégies de contenu et de liens.

J’aurai le grand plaisir de détruire ce mythe dans ce billet aujourd’hui, exemple à l’appui :)

Consumer Media Network: une stratégie innovatrice

Les sites Internet des institutions financières sont parmi les plus ennuyants de la planète. En effet, on a tendance croire que leur contenu doit être le plus neutre possible dû à la sévérité du sujet, et ne pas vouloir faire peur aux clients potentiels.

Ces contenus techniques et neutres, écrits et vérifiés par une équipe légale, viennent évidemment compliquer drôlement la tâche du spécialise SEO devant développer les liens entrants vers le site.

Entre en scène Consumer Media Network, une organisation ayant pour mission le développement des connaissances et le partage d’information au sujet des assurances personnelles. Le réseau regroupe 10 sites touchant chacun leur spécialité au niveau de l’assurance personnelle.

consumer media network

Ce qui est intéressant dans cette stratégie, c’est que tous les sites du réseau sont bâtis sur des blogues, et ont tous le même genre de contenu, soit des articles informatifs très ludiques et comiques, même quelquefois controversés.

D’un côté nous avons motorcycleinsurance.org et des articles tels que « 4 façons de rendre moins cool votre moto » et « 27 casques ultra-flyés de motocyclette ».

Autre exemple, nous avons sur rentersInsurance.org un article décrivant « 50 des pires colocataires possible » ou encore une infographie présentant les différentes races de chat et celle qui vous convient le mieux selon différents critères. Cette infographie a rapporté à elle seule plus de 494 liens entrants.

adopt a cat

Une partie de ces liens entrants proviennent des sites mêmes du réseau, cependant on remarque d’autres mentions sur les communautés telles que Twitter, Delicious et des blogues de particuliers.

Notons également qu’entre ces articles très humoristiques, on retrouve des guides et articles de qualité beaucoup plus sérieux, donnant l’information essentielle vis-à-vis le sujet d’assurance discuté sur le site. On peut donc s’informer et apprendre tout en ayant du plaisir, ce qui semble être la devise du réseau.

Évidemment, la stratégie de ConsumerMediaNetwork.com risque de vous faire sourciller, et on peut douter de l’efficacité de cette stratégie à générer des clients potentiels, surtout lorsque les sites semblent avoir jusqu’à maintenant l’objectif unique de divertir les visiteurs.

Consumer Media Network doit uniquement être vu comme un exemple (intense) d’un site Internet ayant décidé de se concentrer sur un contenu intéressant et susceptible de faire jaser en ligne, même dans une industrie aussi morne que celle des finances personnelles.

Maintenant, comment faire pour obtenir des liens entrants dans votre industrie?

Sans y aller de façon aussi intensive que Consumer Media Network, il y a tout même quelques points que vous puissiez retenir de leur stratégie et adapter à votre industrie :

1.  Le contenu ludique peut fonctionner quelque soit votre industrie

S’il est possible de faire des blagues au sujet des faillites personnelles, vous pouvez sûrement trouver quelque chose de comique avec la nature de vos services. On sait que les meilleures campagnes virales sont souvent basées sur la controverse et l’humour, et ces sujets sont facilement partagés et diffusés par les utilisateurs des communautés.

Tout en conservant la partie sérieuse de votre site corporatif et visant la conversion, réfléchissez aux stratégies de contenus pouvant être employées en parallèle, par exemple des expériences humoristiques vécues par vos clients et employées, de drôle d’utilisations de vos produits, bref les idées ne devraient pas manquer.

2. Il est plus facile de véhiculer un message intéressant qu’un sujet ennuyant

Pour que votre campagne marketing soit un succès, vous devez voir un message intéressant à véhiculer.

Dans la plupart des cas, Il sera plus facile de créer un contenu sur mesure (article, vidéo, guide, etc.) que de tenter de faire l’impossible avec un site corporatif et statique.

Un exemple est http://www.loweringthebar.net.  Est-ce que les affaires légales sont généralement intéressantes? Rarement. Par contre, trouvez un aspect humoristique à votre sujet et vos chances de trafic et d’attention augmenteront.

3. Un blogue demeure le meilleur outil pour promouvoir et diffuser votre contenu

Posséder un blogue annexé à votre site Internet n’est pas un luxe, mais bien une nécessité.

Non seulement le blogue aide votre référencement en augmentant votre potentiel de contenu indexable, mais le contenu que vous créez sera beaucoup plus facile à diffuser, grâce aux nombreux plug-ins faisant le pont entre votre blogue et les communautés.

4. Créer des partenariats de liens avec vos partenaires

Attention : faire des échanges de liens entrants « site wide » entre différents sites peut se révéler une stratégie risquée, puisque Google déconseille les échanges de liens dans l’unique but de gonfler artificiellement ses statistiques de liens entrants.

Même si ConsumerMediaNetwork.com pousse le facteur de risque en liant tous ses sites ensemble à partir de chacune des pages de son réseau, vous pouvez tout de même répliquer cette stratégie de façon moins intensive en impliquant vos partenaires d’affaires et distributeurs, par exemple en mettant  en place un échange de liens à quelques pages clés de votre site.

5. N’hésitez pas à sortir du moule

Se différencier dans votre industrie en ligne et hors ligne est un élément clé si vous désirez accroître votre succès. Alors que les meilleurs liens entrants sont souvent ceux de nature éditorialiste, vous devrez offrir un contenu se démarquant par sa nouveauté et n’ayant pas peur de piquer les gens.

Les sites affiliés de Consumer Media Network ont eu le culot d’offrir un contenu jamais vu dans leur industrie, au risque de recevoir une mauvaise presse des conformistes et médias traditionnels.  Ils ont compris qu’il sera impossible de plaire à tout le monde, et qu’il vaut mieux faire parler de soi que de passer inaperçu.

6. Inspirez-vous des communautés pour vos idées de contenu

Il est facile de réaliser que le contenu des sites affiliés à CMN est créé sur mesure pour les communautés généralistes telles que Digg, Twitter et StumbleUpon. Ce type de contenu, facile à lire et à digérer, demande peu de capacité intellectuelle en terme de compréhension, bref un match parfait pour le type de lectorat ciblé par ces sites.

Même si votre profil de clientèle ne correspond pas exactement à celui de Consumer Media Network, les communautés peuvent se révéler extrêmement utiles afin de savoir quels sont les sujets qui cliquent avec vos lecteurs.

En effet, des communautés basées sur le partage de contenu telles que Tweetmeme et Digg peuvent vous aider à identifier le type de contenu jugé intéressant par votre clientèle. Par exemple, Tweetmeme divise tous les articles par catégorie et sujet, et vous pouvez ainsi vous inspirer de ce qui fonctionne dans votre industrie. Inutile de réinventer la roue toutes les fois :)

Conclusion

Je suis curieux de voir ce que Consumer Media Network fera pour la suite. Jusqu’à maintenant à mon avis ils ont réussi à éviter le couperet de Google en développement rapidement leur présence sous les communautés 2.0, et Google ne peut risquer de mal paraître en les punissant alors que le réseau devient de plus en plus populaire.

Une prédiction est qu’ils installeront des formulaires de contact visant à générer des leads pour leurs différentes industries, cependant ils doivent être prudents, car c’est le genre de faux pas que Google attend pour les punir.

Advienne que pourra, on ne peut que souligner leur audace d’avoir défié les règles en publiant un contenu complètement nouveau dans une industrie qui en a grandement besoin.

Alors, quel type de contenu pouvez-vous créer pour votre site, afin de récolter des liens entrants et une part d’attention dans votre marché?

August 18 2010

Votre site est-il prêt pour les médias sociaux?

Site Web en travauxVous êtes travailleur autonome. Une partie de votre nouvelle clientèle arrive via le Web. Vous entendez régulièrement parler des médias sociaux. Mais, avant d’y investir de votre temps, savez-vous si votre site est prêt? A-t-il ce qu’il faut pour engager et fidéliser les internautes avec lesquels vous avez amorcé une relation sur LinkedIn ou sur Twitter?

Les chemins menant à votre site sont nombreux

L’adresse de votre site Web est intimement liée à vos interactions sur les médias sociaux. Elle est immédiatement visible sur vos profils. Peu importe le site. AgentSolo.com, LinkedIn ou Twitter. Par expérience, une partie des internautes qui découvre une de vos contributions – que ce soit une capsule sur AgentSolo.com ou un message sur Twitter – sera assez curieuse pour découvrir votre profil sur la plate-forme où a été publié le contenu. Puis elle continuera sa navigation sur votre site.

Une source de trafic potentiellement plus grande est le trafic venant des médias sociaux. Sans que les visiteurs passent par votre profil. Une page de votre site peut en effet capter l’attention d’internautes qui la partageront tout simplement avec leurs contacts. Via une mise à jour de leur statut sur les plate-formes où ils sont présents, directement dans un de leurs forums préférés ou en répondant à un de leurs contacts qui a une question à laquelle une page de votre site répond. Le message contiendra un lien vers votre site et il peut être à l’orginie de nombreuses visites. Surtout si le contenu est repris par la suite.

Quatre questions pour y voir plus clair

Je considère que vous perdez des opportunités lorsque vous développez une présence sur les médias sociaux alors que votre site ne sait pas engager ses visiteurs dans une relation d’affaires. Quatre réponses négatives aux questions suivantes peut signifier que vous feriez mieux de revoir votre site avant d’investir davantage de temps sur les médias sociaux.

Communiquez-vous votre compétence d’affaires (ou USP)?

À l’heure des engins de recherche et des médias sociaux, chaque page de votre site est une page d’atterrissage. La majorité de vos visiteurs ne verront pas votre page d’accueil.

Vous avez néanmoins plusieurs opportunités pour leur indiquer qu’ils sont au bon endroit :

  • Quelle phrase ou quelles expressions apparaissent sous votre logo?
  • Vous différencient-elles de vos compétiteurs?
  • Vous présentez-vous dans le menu latéral (comme le fait Ben Yoskovitz)?
  • Avez-vous une offre de services? Votre blogue comporte-t-il un lien vers cette offre?

Ces questions paraissent anodines mais je pourrais facilement nommer plusieurs contacts que je suis sur Twitter. Des personnes dont j’apprécie les contributions mais que je suis incapable de recommander car je ne sais pas précisément ce qu’elles ont à offrir.

Offrez-vous du contenu que vos clients potentiels trouvent utile?

Avoir un site Web n’est pas nécessaire pour démontrer de l’expertise. Certaines personnes se démarquent par la pertinence des liens qu’elles partagent ou par les réponses qu’elles donnent. Sur un blogue ou sur LinkedIn Réponses. Même si vous êtes l’une d’entre elles, vous avez à gagner à proposer davantage qu’une offre de services sur votre site.

Je fais notamment dans la gestion de campagnes AdWords. Les nombreux articles que j’offre sur mon site me permettent d’amorcer des conversations. Sur mon blogue autant qu’hors-ligne. Certaines m’ont permis de gagner des contrats. D’autres me permettent d’être cité comme référence. De tels échanges me permettent d’autres fois de mieux comprendre un marché. De simples pages de présentation de mon offre ne supporteraient pas ainsi mon rayonnement Web.

Publier du contenu que votre public-cible trouve utile donne une bonne première expérience à un visiteur mais fidélise aussi un client potentiel. Sans compter que ce contenu peut être partagé sur des réseaux dont vous ignoriez l’existence … et inciter des personnes à vous suivre sur leur média social favori. Cercle vertueux. Vous avez dit?

Incitez-vous les internautes à l’action? Les fidélisez-vous?

Votre site doit contribuer à l’atteinte de vos objectifs d’affaires. Vous souhaitez probablement qu’il soit trouvé par vos clients potentiels et que ces derniers soient nombreux à vous appeler après l’avoir visité. C’est bien correct mais vous laissez de l’argent sur la table si vous n’utilisez pas votre site pour fidéliser les prospects qui ont besoin de vous connaître davantage avant de vous appeler ou de vous recommander.

D’où la nécessité d’offrir aux visiteurs d’autres actions possibles que celle de consulter la page avec les informations pour vous contacter.

Vous publiez un bulletin électronique. Offrez-vous le formulaire d’abonnement bien en vue sur toutes les pages? Vous tenez à jour un blogue. Offrez-vous aux internautes la possibilité de suivre vos publications dans le format qui leur va bien (lecteur de flux RSS, courriel, …)? Vous donnez une présentation au prochain WordCamp à Montréal. Le mentionnez-vous afin que vos visiteurs puissent s’y inscrire et ainsi avoir la chance de participer à la non-conférence? Vous avez créé un guide au format PDF. Sa lecture pourrait pousser une personne à faire appel à vous pour une formation. Le mettez-vous en avant?

Attention à ne pas transformer votre site en arbre de Noël. Plus les sollicitations sont nombreuses, plus un internaute peut douter et choisir de quitter. Mais des incitations à l’action bien intégrées ont le potentiel d’engager vos visiteurs. La définition d’actions permet ensuite de les mesurer et d’évaluer les sources de trafic les plus rentables.

Vous appuyez-vous sur vos fans pour crédibiliser votre offre?

Des internautes qui arrivent pour la première fois sur votre site ne vous connaissent pas mais certains connaissent peut-être l’un de vos contacts qui aime déjà votre blogue.

Diane Bourque on Facebook

Reconnaître un contact de confiance dans le menu latéral d’un site sur lequel j’arrive pour la première fois m’encourage généralement à prendre une action autre que celle de fermer mon navigateur. Il y a là un phénomène de recommandation sociale.

Vous animez une page sur Facebook. Comme Diane Bourque, avez-vous installé l’extension de Facebook? Profitez-vous de vos efforts de rayonnement sur le réseau américain pour mieux engager les visiteurs de votre site?

Prochaines étapes

Vous n’avez pas répondu par la négative à chacune de mes questions. Il ne s’agit donc pas de laisser les médias sociaux pour votre site. Ou de laisser votre site pour les médias sociaux.

À vous maintenant de définir les étapes pour mieux utiliser l’un comme un levier pour l’autre.

P.S 1 : Merci à Olivier Bruel et à Cindy Rivard pour la relecture initiale.

P.S 2 : Bravo et merci à Grant Kwok pour la photo illustrant ce billet.

P.S 3 : Merci à Yves Williams pour l’invitation à écrire cet article et à le publier sur AgentSolo.com.

May 18 2010

Vos images sont-elles optimisées pour le référencement?

Une stratégie de référencement se définit comme un ensemble d’actions à poser dans le seul objectif d’améliorer la visibilité d’un site web dans les résultats générés par les moteurs de recherche. Parmi les actions devant être appliquées, il y en a des simples et des plus compliquées. Trop souvent, les actions simples sont négligées par [...]

May 15 2010

Stratégie internet : Pourquoi avoir un blogue dans votre domaine d’expertise

Main sur un clavier d'ordinateur

Stratégie internet…

Bloguer ou ne pas bloguer…là est la question!… C’est une question qu’on me pose souvent. Généralement, on n’aime pas beaucoup ma réponse parce que je réponds toujours par une question. Je sais, ce n’est pas poli, mais il faut ce qu’il faut pour bien comprendre les motivations et être en mesure de bien conseiller. Alors, la fameuse question:

 

Alors, pourquoi voulez-vous avoir un blogue pour vos affaires?

La plupart du temps la réponse qu’on me donne tourne autour de la promotion et du marketing…et c’est là que je dégonfle le tout et qu’on me regarde, décontenancé,  avec la bouche ouverte… Si vous créez un blogue pour faire votre promotion, vous serez déçu…très déçu…vous ne le tiendrez probablement pas assez longtemps pour en cueillir les fruits, vous serez découragé bien avant de voir un dollar de retour…

Pourquoi bloguer alors? Pour moi, la seule raison qui tienne la route c’est parce que vous avez envie de communiquer quelque chose qui vous passionne. Vous avez envie d’entrer en communication avec d’autres internautes qui, comme vous, ont cette passion.  Vous remarquerez que je ne parle pas ici de savoir, mais bien de passion, parce que c’est l’ingrédient qui fera la différence à long terme. Et c’est important le long terme pour un blogue.

Ce n’est pas un outil de promotion directe.

Du moins, pas tout de suite. La plupart du temps ce sont vos pairs qui vous liront régulièrement ou au mieux d’autres internautes intéressés par le sujet. Le blogue est plus un outil pour communiquer avec ses pairs qu’avec des clients potentiels, à moins que vous ne bloguiez dans un domaine connexe au vôtre…C’est bien normal, l’internet rassemble les gens autour d’idées…Bon, je m’explique…

À long terme, votre sujet intéressera quelqu’un qui est dans le domaine. À moins que ce ne soit quelque chose qui intéresse vos clients de manière constante, il est peu probable que vous serez lu de manière régulière par votre clientèle. L’intérêt d’un client est souvent ponctuel. Il est intéressé le temps de se faire une tête avant d’acheter…Quelqu’un qui exerce le même métier que vous par contre sera probablement abonné à vos écrits si vous êtes suffisamment intéressant et si vous ajoutez de la valeur dans votre domaine.
Par exemple…Vous lisez régulièrement des articles sur les assurances? Pourtant, vous êtes un client potentiel pour des assurances, tout le monde a au moins une assurance. Bien sûr, si vous avez une question spécifique ou vous êtes en période de magasinage, vous aurez un intérêt, le temps de vous faire une tête. Après cependant, vous passerez à autre chose. Les blogueurs dans les assurances qui comptent avoir beaucoup de clients potentiels comme lecteur régulier seront déçus…ils auront plus de courtiers que de clients dans leurs lectorats…et c’est tout a fait normal. Alors, le blogueur dans les assurances qui blogue pour avoir de nouveaux clients se découragera bien vite alors que le blogueur qui écrit sur sa passion des assurances aura plaisir a interagir avec son lectorat compétant.  C’est comme ça dans bien des domaines. Remarquez que ça peut très bien être payant aussi…imaginez qu’un employeur vous fasse une offre exceptionnelle parce qu’il aime vos écrits! Les voies du blogue sont impénétrables parfois…il faut tout de même garder la foi…

Remettre le web 2.0 à sa place

En fait, on revient à l’essentiel de ce qu’est le web social…c’est social. Le mercantile vient de la notoriété qu’on acquiert avec le temps. Par exemple, si vous bloguez sur les voitures, avec le temps vous développerez une certaine notoriété qui emmènera probablement votre lectorat à penser à vous quand viendra le temps d’utiliser les services de quelqu’un comme vous…parce que vous aurez acquis l’estime requise par vos écrits intéressants. Mais ça peut être très long…ne retenez pas votre souffle jusqu’à ce que le téléphone sonne…

C’est un bon complément

Pour votre entreprise, vous devez avoir une stratégie vente et marketing complète qui inclut les moyens traditionnels. Il reste que 95% de ma clientèle est sollicitée directement…S’il fallait que j’attende que mon blogue fasse sonner le téléphone…je serais rachitique tellement j’aurais faim…Bien sûr que c’est un outil intéressant en complément a la sollicitation directe, ça aide à établir la compétence, élément essentiel à la sollicitation directe. Ce que j’essaye de dire ici c’est que le web social devrait faire partie de votre stratégie globale.

En conclusion

Faites-le parce que ça vous tente, parce que vous aimez écrire et communiquer. C’est la seule façon de durer assez longtemps pour que le jeu en vaille la chandelle…Si vous voulez vendre, vous serai mieux servi de prendre le téléphone puis d’appeler des clients potentiels en cold call…la moyenne au bâton sera bien meilleure…

 

Post to Twitter Tweetez cet article...

April 21 2010

Votre stratégie SEO vs la stratégie du Canadien de Montréal

Je me suis amusé à comparer une stratégie de référencement Web avec ma perception de la stratégie suivie par le club de hockey Canadien de Montréal. Oui, il y a beaucoup de points communs! Je tiens à préciser que je suis un fan du CH, donc cet article doit être lu avec un brin [...]

March 22 2010

Les gens d’affaires sont confus…


Les gens d’affaires sont confus…

Êtes-vous confus quand vient le temps de prendre des décisions sur votre présence internet? En avez-vous trop lu? Trop entendu?

Des messages contradictoires de vendeurs de toutes sortes on en entend souvent quand on est dans les affaires. Mais je pense que c’est encore pire quand on parle d’internet. Je le vois dans ma pratique, les gens ne savent plus qui croire. C’est devenu difficile de faire la part des choses, il n’y a souvent rien de comparable d’une offre à l’autre. Pas de balises pour comparer, pas de standard…puis les écarts de prix entre les offres sont ridiculement larges. Puis, tout est si négociable!…Un entrepreneur aguerri aura vite fait de couper de moitié l’offre d’un vendeur itinérant!…C’est n’importe quoi…pas sérieux du tout.

Il y a une tendance en ce moment qui me dégoute particulièrement. Certains vendeurs peu scrupuleux fonts du porte à porte dans des quartiers industriels pour vendre des sites internet. Leurs buts sont d’arracher le plus d’argent possible pour un site internet insipide, pas référençable, fait en série, à partir d’un modèle tout fait acheté à 30 $. J’ai vu des gens payer trois à cinq mille dollars pour un site fait en une journée…C’est indécent…Les promesses qu’ils font aussi sont indécentes…

Comment est-ce qu’on arrivera à mettre de l’ordre dans cette industrie? Comment pouvons-nous harmoniser les compétences de manière à promouvoir un climat de confiance? Je n’en peux plus de voir les gens arnaqués de la sorte.

Le pire dans ça c’est que certains intervenants internet le font de bonne foi (ce sont rarement des vendeurs itinérants, mais plutôt des beaux frères, des amis..) …il leur manque juste les compétences…ils ne sont pas à jour…ou sont simplement dépassés par la technologie. On ne fait plus des sites internet comme on le faisait en 2000…

Bon, maintenant que j’ai ventilé…voici quelques recommandations :

  • N’achetez jamais, jamais, jamais un site internet
    Ce n’est pas la bonne chose à faire. On n’achète pas un site internet comme on achète une annonce dans les pages jaunes. Ça ne marche juste pas comme ça. Attendez plutôt d’être prêt a vous lancer d’une manière structurée dans une stratégie de présence/mise en marché internet. Un site internet tout seul, statique, qu’on n’entretient pas au jour le jour, ne donne rien. Arrêtez de perdre votre argent.
  • Un itinérant, jamais…
    Un vendeur (ou pire une jolie vendeuse) non sollicité qui se présente chez vous pour vous vendre un site internet…Fuyez!…Dites-lui simplement que vous en avez déjà un…il n’a probablement aucune idée de qui vous êtes de toute manière…
  • La première chose dont vous avez besoin c’est un plan
    Pas un site internet. Peut-être que le plan contiendra un site internet!…Peut-être pas…L’internet n’est qu’un moyen de communiquer votre valeur ajoutée à vos clients. Ne confondez pas le message et le moyen. Si le message n’est pas bon, le moyen de diffusion ne le changera pas…ce sera juste un mauvais message bien diffusé…
  • Accueil – Produit – Service – Qui nous sommes – Nous joindre
    Oubliez ça complètement…Plus inutile que ça comme site internet de nos jours ça ne se peut pas.  Je l’ai tu dit d’arrêter d’acheter des sites internet?
  • Votre petit neveu fait des sites web
    Tant pis pour vous…c’est le slogan de NoFoLo de Québec. J’aime bien le Techno Blogue à Steph…Il a bien raison, tant pis pour vous si vous traitez votre image et votre marque comme une tonte de pelouse a 15 piastres.

Quand vous serez prêt (quand VOUS serez prêt) à emboiter le pas vers l’internet, faites-le en extension à votre stratégie de marketing. Vous en avez une stratégie de marketing? Non! Alors, avant de payer pour un site internet plate, payez-vous donc une bonne stratégie marketing….Ensuite, étendez-la sur l’internet ou elle pourra éclore et bonifier votre marque. Ma quoi? Oui, votre marque…vous en faites quoi de votre marque?

Est-ce que je l’ai dit d’arrêter d’acheter des sites internet?

Dans un même ordre d’idée…Voyez Référencement, 4 raisons qui font que vos jeans sont trop serrés Un autre super article de Louis Durocher chez Orenoque…

 

Post to Twitter Tweetez cet article...

March 04 2010

Gérer le privé et les affaires sur Facebook…

Facebook logo

Gérer le privé et les affaires sur Facebook…

Un de nos premiers réflexes sur Facebook quand on veut séparer nos contacts d’affaires et nos contacts personnels est de créer un autre compte. Attention, avoir deux comptes Facebook est contraire aux conditions d’utilisation et peut résulter en l’élimination de tous vos comptes…et ce sans préavis..! Il est interdit d’avoir plus qu’un compte par personne physique. Tout ce travail de réseautage pourrait se retrouver aux poubelle pour ne pas avoir respecter les règles du jeux.

Comment contrôler le tout en un compte.

Il y a deux outils disponibles pour gérer le tout a l’intérieur des paramètres d’utilisations Facebook.

  • Les listes d’amis.
  • Les Pages

Créer des listes d’amis pour contrôler les accès.

La première étape c’est de faire le ménage dans vos amis…Moi j’ai 3 ilstes. Famille, Amis, Affaires…Vous pouvez en créer autant que vous voulez…Une fois dans des listes, c’est facile de donner accès ou pas a différentes parties de votre profil par groupe(les photos et les vidéos par exemple…ou votre age, statut familial etc..).

Pour créer un groupe, simplement accéder a votre liste d’amis, puis sélectionnez créer une liste en haut a droite. Ensuite, choisir les gens que vous voulez mettre dan la liste puis faire, créer la liste en bas de la fenêtre…

Faites la même chose pour chacune des listes. La première fois c’est du travail, après ce sera facile de le faire pour chaque nouveau arrivant sur votre liste d’amis…

Contrôler les accès

Ensuite, choisissez dans votre menu Compte (en haut à droite) : Paramètres de confidentialité.

La vous pouvez pour chaque item, choisir quelle liste aura accès aux informations. Choisissez par exemple, Informations du profil, vous verrez une liste des différents éléments de votre profil. Chaque élément peut être ajusté pour donner accès à qui vous voulez…simplement, cliquez sur le bouton avec le cadenas à droite de l’élément, puis choisissez Personaliser…Dans la fenêtre de personnalisation de l’accès, vous avez deux manières de restreindre l’accès….Montrer où Ne pas Montrer…Pour montrer a tout le monde sauf au groupe Affaires, je n’ai qu’à entrer le groupe Affaires dans Ne pas Montrer…Pour montrer seulement au groupe Famille je peux simplement entrer le nom du groupe Famille dans Montrer. Pour avoir accès à la liste des groupes à entrer dans l’option Montrer, il faut choisir Certaines Personnes dans le menu déroulant. Cette option expose le champ où on peut entrer la liste des noms de liste ou des noms de personnes à qui montrer l’item.

Le même exercice peut être fait pour les applications. On peut choisir de montrer le contenu de certains onglets seulement à certaines personnes ou certains groupes. Pour choisir qui voit ce qu’il y a dans vos onglets, choisir Paramètres des applications dans le menu Compte (en haut à droite).
L’utilisation des pages.

Les listes d’amis règlent le problème d’accès à nos photos de familles, nos vidéos et autres choses qu’on veut garder dans un cercle restreint. Il reste que vous devriez diriger vos contacts d’affaires vers une Page unique pour votre entreprise. En fait, vous pouvez avoir une Page pour chaque personnalité virtuelle que vous voulez présenter…Votre entreprise, votre club de billard, votre voyage de chasse…Sur chaque une de ces pages, vous pouvez entretenir une conversation, placer des articles, photos…etc. C’est donc une manière simple de segmenter vos relations d’affaires. Alors, par affaire, publicisez un lien vers votre Page plutot que vers votre profil personnel. Les gens pourront devenir des Adeptes et éviteront de venir polluer votre profil…

Créer une page.

Beaucoup de gens se demandent comment créer une page d’adeptes…(Fan Page). Ce n’est pas évident…mais bon, c’est comme ça qu’ils l’ont construit…

  • Choisir l’option Publicité en bas complètement de votre page d’accueil.
    Image du menu en bas de page Facebook.
  • Sur la page de publicité, vous allez voir dans le haut un menu d’option:
    Menu de création de page dans facebook 
  • Puis, choisisez Pages
    • Profitez-en pour explorer l’information dans les onglets puis quand vous serez prêt, cliquez sur le bouton vert Créer une page à droite en haut des onglets.

      Créez votre page, notez l’URL (adresse de la page) puis servez-vous-en pour emmener vos nouveaux adeptes à cet endroit. Pour un exemple de page d’adepte qui fonctionne bien…allez voir le magasin Le Garage…
      Comme vous pouvez voir sur la page du Garage, c’est la qu’ils entretiennent une conversation avec leurs clients…pas sur un profil personnel. C’est la bonne manière de faire…

      En conclusion

      La majorité des gens n’utilisent pas Facebook de manière optimale. Il y a beaucoup de fonctionnalité qui est peu utilisée dans Facebook. Ça vaut la peine d’explorer l’aide en ligne….

      Un petit truc comme ça, si vous avez une page pour vos affaires et que vous voulez attirer plus d’adeptes, vous pouvez utiliser la publicité Facebook…C’est peu cher et peut être très efficace…ça dépend toujours du marché dans lequel on est, mais ça vaut la peine de faire l’expérience.

      Post to Twitter Tweetez cet article...

January 18 2010

Médias sociaux et B2B, un bon mélange?

On a souvent entendu parler des médias sociaux au niveau des entreprises B2C comme étant un moyen de créer une notoriété de marque et de fidéliser les consommateurs à la marque. Mais qu’en est-il des entreprises œuvrant dans le B2B Est-ce que les médias sociaux sont un bon investissement dans un contexte de B2B? Comment [...]

December 24 2009

Mes 5 souhaits SEO à Google

Améliorer l’outil Google Webmaster Tools L’outil GWT est très utile pour le spécialiste en référencement. Malheureusement, les nouveautés sont rares. De plus, la plus grande lacune de l’outil se situe au niveau de l’accès. L’accès multi-utilisateur n’existe pas! Pour le moment, il faut créer deux comptes et ajouter deux identifiants sur le site analysé afin que [...]

December 03 2009

Tourisme en ligne : les mots-clés les plus recherchés par les utilisateurs

85% des touristes en ligne utilisent les moteurs de recherche pour trouver de l’information sur leur prochain voyage. Surprenant? Pas vraiment. À l’ère ou plus de 80% des utilisateurs recherchent leurs produits et services touristiques en ligne [Comscore Networks et DoubleClick 2006], et où 37% achètent leurs produits touristiques en ligne [eMarketer, 2009] il est [...]
Older posts are this way If this message doesn't go away, click anywhere on the page to continue loading posts.
Could not load more posts
Maybe Soup is currently being updated? I'll try again automatically in a few seconds...
Just a second, loading more posts...
You've reached the end.

Don't be the product, buy the product!

Schweinderl