Tumblelog by Soup.io
Newer posts are loading.
You are at the newest post.
Click here to check if anything new just came in.

November 29 2010

6 stratégies pour développer la fidélité de vos visiteurs

Une règle d’or dans le monde des affaires stipule qu’il est toujours plus facile de vendre au même client deux fois, plutôt que de continuellement investir des efforts à séduire une nouvelle clientèle.

Une des principales raisons est qu’en améliorant votre volume de vente en provenance d’une clientèle établie, vous réduisez vos efforts et dépenses marketing, en pigeant constamment au sein du même bassin.

Cette règle s’applique particulièrement bien au Web. Si l’Internet demeure un des médiums les plus efficaces pour rejoindre et initier un dialogue avec votre clientèle, il va sans dire qu’une campagne de marketing Web n’est pas sans prix, et que des efforts en temps et budget sont requis pour développer une visibilité en ligne.

Voilà pourquoi qu’en travaillant à développer la fidélité de vos visiteurs, soit en les incitant à interagir avec votre site et en leur donnant de bonnes raisons pour revenir, non seulement vous maximiser vos efforts en conservant vos visiteurs acquis, mais également vous développez la valeur de votre site et le branding au sein de son industrie.

L’exemple Facebook

Facebook est devenu en l’espace de quelques années le site Internet le plus fréquenté au monde, avec un achalandage incroyable de 540 millions de visiteurs par mois. Ce qui est encore plus impressionnant à mon avis, c’est qu’on estime que près de 78% de ce trafic revient continuellement sur le site.

Une des clés du succès de Facebook est de faire revenir les visiteurs sur son site en présentant un haut niveau d’interaction, par exemple en échangeant avec ses amis, en consultant les photos et les commentaires sur les statuts, pour ne nommer que ceux-là.

Bien sûr, on ne peut pas tous être des Facebook, cependant voici 8 stratégies pour vous aider à développer la fidélité de vos visiteurs, et qui sait, peut-être devenir le prochain site majeur de votre industrie :)

Stratégie #1 : Récompensez vos visiteurs

Une des meilleures façons d’influencer positivement les gens est de reconnaître leurs qualités et démontrer une appréciation sincère pour leurs efforts. Lorsque l’on applique ce principe au Web, il s’agit de récompenser vos visiteurs pour le temps passé sur votre site, en leur accordant des statuts virtuels démontrant leur niveau d’interaction.

Un site Web utilisant très bien cette stratégie est la communauté de blogueurs Scribnia, qui accorde à ses utilisateurs des badges méritées suite à leur implication sur le site.

Scribnia

Scribnia

Les utilisateurs auront donc la possibilité de décrocher des nouveaux titres afin de se différencier de la masse, et ainsi démontrer fièrement leur implication. De l’autre côté, la communauté s’agrandit, ce qui devient donc une recette gagnant-gagnant.

De votre côté, sans avoir nécessairement une communauté à gérer, comment pouvez-vous remercier vos visiteurs suite à leur implication sur votre site?  Certains sites e-commerce accordent des rabais suite à une inscription à une infolettre ou encore si un témoignage est écrit.

Vous pourriez également souligner l’effort un une action particulière d’un visiteur ou d’un client important pour votre entreprise, en le mentionnant directement sur votre site ou encore sur votre blogue.

Stratégie #2 : Développez l’intelligence de vos visiteurs

Si vos produits et services ont pour objectifs de répondre aux besoins de votre clientèle, une stratégie de base consisterait à démontrer les nombreux avantages de vos produits et leurs différentes applications. En poussant l’idée plus loin, il s’agirait de créer un contenu éducatif et complémentaire à vos services, visant à développer les connaissances de vos visiteurs.

Par exemple, si vos visiteurs sont intéressés au marché boursier et que vous êtes un conseiller financier, pourquoi ne pas mettre en ligne un glossaire expliquant les différents termes de votre domaine?  Dans le marché hypothécaire, les outils comme les calculatrices de prêt font rages depuis plusieurs années, puisqu’on sait que les visiteurs ont de bonnes chances de revenir consulter l’outil la prochaine fois qu’ils planifient le montant de leur emprunt.

Appliquez-vous à identifier les problématiques rencontrées par votre audience, développez un contenu de qualité venant répondre à ses questions, tout en mentionnant que vous mettez continuellement à jour vos ressources en les incitants à ajouter votre site à leurs signets.

Stratégie #3 : Produire un contenu personnalisé par type de profil

De nos jours, rarement nous allons faire un achat en ligne sans effectuer des recherches au préalable, et surtout sans consulter les recommandations et témoignages des utilisateurs du même produit. Voilà déjà plusieurs années, Amazon a compris la puissance des évaluations et commentaires et fut l’un des premiers à incorporer ce système à sa plateforme d’achat.

S’il est utile de savoir que x acheteurs sur un total de y ont apprécié le produit, il n’en demeure pas moins que cet indicateur peut manquer quelques fois de précisions. En effet, comment puis-je m’identifier à des commentateurs anonymes, possédant des goûts et intérêts différents des miens?

Buzzillions.com, une communauté dédiée aux évaluations de produits en tous genres, a décidé de pousser plus loin le pouvoir des recommandations, en donnant la possibilité de séparer et trier les commentaires selon le profil des utilisateurs, et la future utilisation du produit.

Par exemple, le visiteur du site peut consulter les témoignages selon l’expérience et ses habilités, allant de l’amateur à l’utilisateur professionnel, ce qui vous permet de consulter des évaluations correspondant exactement à votre profil.

Cette recommandation peut vous être utile même si vous ne vendez pas directement en ligne. Si vous offrez des services professionnels, pouvez-vous en dire plus sur le profil de vos clients ayant embauché votre expertise?

Pouvez-vous faire une étude de cas par profil d’utilisation, en gardant en tête l’information susceptible d’être recherché par votre visiteur?

Stratégie #4 : Offrir des programmes d’accès exclusifs

Le sentiment d’exclusivité relié à un produit est une tactique que les professionnels en ventes en marketing exploitent depuis longtemps. Trouvez le moyen de rendre votre produit ou service désirable, offrez-le en quantité limitée, et les consommateurs feront tout pour l’obtenir, la plupart du temps même s’ils n’en ont pas besoin. On pense aux fameux produits Apple continuellement hors de stock, ou encore les clubs privés, invitant certaines personnes triées sur le volet.

Appliquée au Web, cette idée peut devenir une stratégie intéressante pour engager les visiteurs avec votre site, et développer le sentiment d’appartenance.  Si vous avez un volet éducatif ou encore une communauté, restreindre l’accès et choisir individuellement vos membres aura l’effet de conserver la qualité du membership à son maximum, tout en créant un certain sentiment VIP parmi les élus.

Dribbble.com, une communauté de designers Web, fonctionne uniquement par invitation. Le site a connu un franc succès, et nombreux sont les malheureux campant à l’extérieur du programme et faisant des pieds et des mains pour y être invités.

De votre côté, pouvez-vous bénéficier de mettre une partie de votre contenu en exclusivité? Si vous êtes déjà gestionnaire d’une communauté, réfléchissez aux possibilités de créer une plateforme entièrement exclusive, visant à récompenser vos membres les plus actifs, et ainsi créer un engouement relatif à votre marque et développer la perception de votre image de marque.

Stratégie #5 : Gardez votre contenu à jour

Si vous êtes impliqués présentement dans le développement de la présence Internet de votre entreprise ou celle de vos clients, vous connaissez sans aucun doute l’importance d’avoir une stratégie de contenu non seulement pertinente, mais surtout mise à jour continuellement pour refléter les intérêts de vos visiteurs.  Au fameux cliché « Content is king », à mon avis il faut ajouter « fresh quality content is king » :)

À ma connaissance Mashable est l’un des meilleurs exemples de sites utilisant ce principe. Personne ne peut dénier leur immense popularité et leur domination du marché des nouvelles reliées au marketing 2.0 et dernières tendances. Le site reçoit plus de 2 millions de visiteurs par mois, et compte sur près de 500,000 abonnés RSS, soit des visiteurs consultant leur contenu tous les jours.

Une des clés de leur succès? Un contenu continuellement mis à jour, et résonnant à chaque fois avec les intérêts de leurs visiteurs.

Fait intéressant, on remarque que leur contenu est généralement plus succinct que détaillé, ce qui porte à croire que vous pouvez vous simplifier la tâche en écrivant des articles concis et en quantité, mais sans négliger la qualité bien sûr.

En ce qui vous concerne, pouvez-vous développer votre stratégie de contenu, et donner l’impression à vos visiteurs de devoir revenir continuellement s’ils veulent demeurer au courant des dernières nouvelles?

En présentant un contenu à jour, vous démontrez que votre entreprise est très active et non statique,  est au courant des dernières tendances de son marché.

Stratégie #6: Facilitez les options d’abonnements

Les fils RSS et communautés 2.0 ont l’avantage de multiplier les opportunités pour une entreprise de développer la fidélité de son auditoire. À travers les profils Twitter, pages Facebook et abonnement RSS, jamais les utilisateurs n’auront autant de possibilités de suivre une source de nouvelle sous la plateforme de leur choix.

Un gestionnaire marketing Web averti a donc tout intérêt de faciliter l’abonnement aux diverses sources de contenu liés à la présence de l’entreprise, donc faire en sorte que les visiteurs puissent s’informer selon leurs préférences.

Pour une deuxième fois dans cet article, Mashable donne l’exemple en présentant aux visiteurs plus de 50 différents types d’abonnements personnalisés, soit par communauté ou par thématique de contenu.

Cet exemple peut sembler un peu extrême, et à moins d’être un éditeur de contenu à temps plein, peut ne sembler pertinent pour votre site Internet.

Cependant, la clé est de réfléchir aux différentes façons que notre auditoire peut consulter notre contenu, sans nécessairement être sur notre site. Par exemple l’une de mes clientes sait que ses lecteurs consultent les articles du blogue alors qu’ils sont en déplacement entre deux rendez-vous, donc une boîte d’inscription servant à retransmettre les articles par courriel est mise en évidence.

De quelle façon vos lecteurs sont-ils susceptibles de consulter votre contenu, hors de votre site? Sous quelles communautés se trouvent-ils?

Identifiez les plateformes fréquentées par votre audience cible, développez une source d’information basée sur leurs intérêts, et facilitez les inscriptions et abonnements à votre contenu.

Vous développerez ainsi non seulement la fidélité de vos lecteurs, cependant également à travers les différentes communautés, ce qui contribue à développer la perception de votre brand en ligne.

Conclusion

Le commun des mortels va remarquer que les exemples mentionnés dans cet article proviennent de sites considérés comme des géants en ligne, tel que Facebook, Scribina, et Mashable.  Après tout, ces sites comptent sur des équipes marketing Web et des budgets à rendre jaloux la plupart d’entre nous.

Cependant, la clé est de se souvenir que tout succès Internet, que l’on soit un Facebook ou une petite entreprise, commence par un premier pas.  Tout comme dans le monde des affaires traditionnel, il peut être intimidant de se comparer aux meilleurs, cependant vous pouvez ainsi appliquer leurs stratégies à votre marché, et vous inspirer de leurs succès.

Nul besoin d’être un Mashable dès le premier jour, la clé est de s’améliorer continuellement et toujours garder vos visiteurs au sein de l’équation :)

October 18 2010

Créer un blogue d’affaires: les questions à se poser

Voici la dernière partie de mon intervention lors de la conférence Internet et santé, nouvelles pratiques, nouveaux enjeux, qui a eu lieu le vendredi 12 mars 2010. Après avoir présenté, dans la première partie de mon exposé les diverses raisons qui motivent à créer un blogue, et dans la deuxième partie, les différentes étapes pour en créer un. Je vous présente dans cette section les principales questions à se poser lors de la conception d’un blogue au sein d’une entreprise.

Publié par Médias et santé sur Vimeo.

À lire aussi

August 30 2010

Mon appréciation de WordCamp 2010

Deux jours et 10 heures de route plus tard, est-ce que ma présence à WordCamp Montréal 2010 fut un bon investissement? Définitivement.

WordCamp est un événement axé sur WordPress, où, pendant deux jours, nous avons eu droit à un choix de 21 conférences allant de niveau débutant à très avancé. De tout pour tous les goûts.  

WordPress est une plateforme open source de gestion de contenu nous permettant de créer nous-mêmes nos sites web. Les organisateurs du WordCamp Montréal ont fait un excellent travail logistique tout en gardant en tête l’idée du open source.  Un logiciel open source est un outil dont les codes de programmation sont libres de droits mais aussi libres d’être améliorés par ses utilisateurs.  Et c’est exactement ce qu’on retrouvait pendant les deux jours que durait l’événement.  Une communauté de gens utilisateurs de WordPress partageant leurs expériences et savoirs de façon tout à fait désintéressée. Pourquoi font-ils ça?  Parce qu’ils croient dur comme fer que cette plateforme est LA solution web, parce qu’ils sont passionnés et aiment partager avec des gens aussi passionnés qu’eux et avides d’apprendre.

Est-ce que j’ai trouvé mon compte dans toutes les conférences auxquelles j’ai assisté?  Non.  Une était trop de base, quelques-unes étaient trop avancées pour moi, mais dans l’ensemble ça m’a permis de constater le potentiel quasi illimité offert par WordPress.  Je vais définitivement continuer à être une "évangéliste" de cette plateforme tout en ayant amélioré mes connaissances de l’outil.

Il y a quelque temps, Wordpress m’a donné la possibilité d’avoir moi-même une présence web, chose quasi impossible avant, vu le budget limité dont je disposais.  Aujourd’hui, je contribue à initier les très petites entreprises à l’utilisation de base de WordPress.  En tant que formatrice, il est tout à fait normal que je veuille accroître mes connaissances afin d’amener moi-même mes clients plus loin avec cet outil.

Je suis de ceux qui croient qu’on peut faire un premier pas sur le web, de façon gratuite et autonome.  Et, contrairement à ceux qui disent que les gens qui débutent font des choses absolument à proscrire dans les bonnes pratiques d’affaires web, je crois que ce premier pas, même s’il est boiteux, est important.  D’ailleurs, ma propre expérimentation leur permet d’éviter ces premiers faux pas!  Certaines très petites entreprises n’auraient jamais fait ce premier pas sans ces plateformes faciles d’accès et gratuites.  Le 2e pas est évidemment de passer à un niveau supérieur et investir quelque argent pour maximiser notre efficacité sur le web.  Cependant, le client est alors prêt pour ce 2e pas parce qu’il a déjà eu des résultats avec la première étape et il a maintenant le goût d’aller plus loin parce qu’il a compris où le web peut l’amener.

Pour moi, WordPress, c’est un outil complet mais sa principale force est la communauté qui l’entoure et qui nous permet d’avoir accès à de l’aide technique à travers des forums ou des événements comme celui auquel je viens d’assister.

Maintenant, il me reste à appliquer les solutions dénichées à certains problèmes que j’ai avec mon site, entre autres la personnalisation des permaliens, accroître mon référencement naturel avec le SEO (Search Engine Optimisation) et effectuer des backups moi-même de mon site web.  Merci à Adrien O’Leary et à Stéphane Bergeron pour leur aide.  Ces petites choses, habituellement faciles à faire soi-même, me donnaient du fil à retordre sans que je ne trouve l’origine du problème. Des modifications dans mes fichiers FTP sont nécessaires, ce que je ferai cette semaine. 

Wordpress est une plateforme géniale pour avoir une présence web pour les très petites entreprises et, malgré sa gratuité, ça n’enlève rien aux développeurs et aux programmeurs puisque les utilisateurs continuent à avoir besoin d’eux pour s’améliorer.  Et c’est immanquable, quand on a des résultats, on veut en avoir encore plus! 

Facebook Twitter LinkedIn Digg Delicious Google Reader Share/Bookmark

June 10 2010

Le blogue fait peur

Le blogue fait peur aux petites entreprises et aux organismes alors qu’ils auraient tout à gagner à bloguer. La principale raison évoquée est celle du temps.  On a peur de ne pas avoir de temps pour alimenter son blogue, peur de ne pas avoir assez de temps pour faire un suivi adéquat des commentaires, peur que ça devienne un fardeau.

Et si on arrêtait de voir le côté noir pour se concentrer sur les aspects positifs de bloguer ?  En bout de ligne, vous vous rendrez peut-être compte que ce temps investi peut en fait vous sauver du temps.

Évidemment, avant d’entreprendre cette aventure, il faut répondre à une question essentielle : pourquoi je veux bloguer ?  Il y a presque autant de réponses qu’il y a d’individus, à vous de fixer vos objectifs, mais voici quelques raisons qui, à mon avis, devrait vous faire considérer avec beaucoup d’intérêt le blogue :

POUR UN POSITIONNEMENT FORT – Un blogue avec une ligne éditoriale claire assure un positionnement fort.  Vous voulez être vu comme un expert dans votre domaine ? Vos écrits en témoigneront.  Vous êtes un leader dans votre secteur ? Restez en tête et  soyez parmi les premiers à avoir un blogue professionnel.   Vous affirmez être à l’écoute de votre clientèle ?  Prouvez-le concrètement avec le blogue en répondant aux commentaires reçus. 

POUR AJOUTER DE LA VALEUR - Le blogue est un outil intéressant à exploiter pour ajouter de la valeur à vos services.  Donner de l’information à travers votre blogue contribue à vous positionner comme expert dans votre domaine tout en donnant le goût aux gens d’en savoir plus et donc d’acheter vos produits et services.  Donnez et vous recevrez, cette maxime s’applique fort bien sur le web.

POUR OUVRIR LE DIALOGUE -  Vous avez à communiquer régulièrement avec votre clientèle et leur rétroaction est chère à vos yeux ?  Ouvrir le dialogue sur une plateforme blogue peut valoir son pesant d’or croyez-moi !  D’abord, en ouvrant vos articles aux commentaires, vous vous positionnez d’emblée comme quelqu’un d’ouvert et de sensible à l’opinion d’autrui.  Les commentaires reçus vous permettent de saisir des tendances ou des points de vue auxquels vous n’aviez pas songé.  Ces gens qui viennent commenter peuvent devenir de précieux conseillers pour faire avancer vos affaires.

POUR ÉTUDIER LE MARCHÉ -  Une fois le dialogue ouvert et bien établi, utilisez votre plateforme pour étudier votre marché et ses possibilités.  Vous comptez offrir un nouveau service, faire un changement ou sortir un nouveau produit ?  C’est ici que vous en parlerez en premier lieu.  Évidemment, il y a toujours cette peur de se faire "voler" son idée, mais il faut parfois aller au-delà de cette peur et plutôt voir les possibilités de collaboration qu’on peut y gagner.  Chaque projet est différent et il y a lieu de se questionner si la collaboration obtenue ne vaudra pas plus qu’un concurrent qui vient espionner. 

POUR ACCROÎTRE SON RÉFÉRENCEMENT - Technologiquement parlant, le fait de mettre à jour régulièrement son site et utiliser de bons mots clés accroît votre référencement naturel.  Ça aura une influence certaine sur votre positionnement dans Google par rapport à vos concurrents qui ne bloguent pas.  Pour plus d’informations sur le référencement, je vous invite à lire cet excellent article.

POUR APPRENDRE – Un constat que j’ai pu faire avec le temps, c’est que bien souvent ceux qui viennent lire et commenter avec régularité vos écrits sont des gens qui sont du même domaine que vous.  À priori, on pourrait penser que c’est malheureux puisqu’on espère y attirer des clients.  Les clients y viennent, mais sporadiquement je crois.  Ils viennent chercher quelque chose et lorsqu’ils l’ont trouvé, ils passent à autre chose et reviendront quand ils auront besoin de vous à nouveau.  Cependant, ces visiteurs réguliers, qui sont finalement vos pairs, ils deviennent de puissants porte-paroles pour vous.  Ils sont du même domaine, donc forcément ils sont en contact avec le même type de clients que vous !  Cependant puisque chaque fournisseur a des qualités qui lui sont propre, lorsque ce lecteur ne pourra répondre à la demande d’un de ses clients, il souhaitera le diriger vers une ressource compétente en la matière.  Cette ressource peut être vous. 

C’est à l’utilisation des outils qu’on devient meilleur et bloguer nous apprend aussi à bloguer efficacement comme en témoigne un billet que j’ai écrit pour souligner le 1er anniversaire de mon blogue.

Mais le temps lui, le temps ?

Ah ! oui, le fameux temps.  Concrètement parlant, je mets personnellement en moyenne 2 heures par semaine à faire de la rédaction.  Parfois plus, parfois moins, ça dépend de la profondeur de mon article et je n’en publie qu’un seul par semaine.  En théorie, je devrais en passer autant à travailler à la diffusion de mon billet.  Je ne le fais pas tout le temps parce que moi aussi, vous savez, je n’ai pas toujours le temps !

Cependant, le temps que vous consacrerez à votre blogue et à sa diffusion dépend grandement de vos objectifs.  Plus vous y mettrez de temps, plus vite ça rapportera.  Si vous voulez des résultats à court terme, il faut y mettre le temps en conséquence.   Mais si vous avez comme objectifs d’accroître votre réputation, de gagner la confiance ou de travailler votre positionnement, quelle que soit la méthode utilisée, vous réussirez en faisant preuve de persévérance et de constance.   Donc, en ayant une vision à long terme.

Rien ne sert de courir si vous vous essoufflez avant de récolter, mais si vous ne faites jamais le premier pas rien ne changera.

D’autres lectures intéressantes :

Pourquoi une PME doit avoir un blog : 10 raisons concrètes

Pourquoi un blog plutôt qu’un site web

May 25 2010

Quatre raisons pourquoi votre marketing médias sociaux est poche

C’est via les twitts de @PTChoquette, @sgrandmaison et @davefleet que j’ai pris connaissance du billet de Dave Fleet, Four Reasons Your Social Media Marketing Campaign Sucks. Il y structure plusieurs conseils que je donne ici depuis un bon bout déjà. Il observe que les campagnes poche (traduction et adaptation libre):

- Sont souvent basées sur des prémisses à court terme et les médias sociaux sont plus adaptés pour le long terme

- Ce peuvent être des campagnes qui ne reposent sur aucune présence Web continue

- et ce sont des campagnes unidirectionnelles avec aucun dialogue bidirectionnel avec ce qui peut être perçu comme un auditoire plutôt que comme des interlocuteurs.

J’ajouterai à ça qu’il faut se monter une communauté avant d’en avoir besoin. Faire le contraire est souvent contre-productif, onéreux et même potentiellement dommageable pour la marque.

Il observe aussi que

1. Ça prend du temps et de l’argent pour bâtir une communauté. Ça vient souvent en contradiction avec des « campagnes » qui se veulent définies dans un court laps de temps et avec des objectifs de conversion précis.

2. Que certaines organisations « scrap » les efforts qu’ils mettent dans la création d’une communauté une fois que la campagne est terminée. C’est un peu le syndrome de nos partis politiques qui ne ‘jasent’ avec l’électorat que durant une campagne électorale et les oublis le reste du temps.

3. Les médias sociaux sont des médias «Mérités » plutôt que des médias « payés ». Une bonne description de la différence entre médias « mérités » et médias « payés » nous est offerte par Forrester dans le tableau ci-joint. L’idée maitresse est que vous devez « mériter » le média (média social) plutôt que de tenter de l’acheter. Vous y mettrez de l’argent tout de même parce que les ressources ne sont pas gratuites, mais les abonnés/interlocuteurs y viendront parce qu’ils vous trouvent pertinent:

4. Les campagnes unidirectionnelles ont peu de chance d’atteindre une masse critique (à moins que vous ne faites un « stunt » si efficace qu’il devienne viral à l’exemple de la campagne Dove Evolution). Vous êtes décidément mieux d’y aller progressivement, d’être bidirectionnel et d’avoir des objectifs à moyen et long terme.

May 19 2010

Le blogue d’entreprise en 5 questions

Un article récent de Vallier Lapierre sur le blogue de rezopointzeo fait référence à une table ronde autour du blogue d’entreprise. À cet effet, 7 agences ont répondu à 5 questions concernant le sujet. Pour connaitre leurs réponses, c’est par ici.
Voici mes réponses aux questions :

1.   Quelles sont les deux ou trois caractéristiques des blogues d’entreprises qui étonnent le plus les décideurs qui s’interrogent sur l’opportunité d’en mettre un en place? Les blogues offrent, grâce à ses modalités, une communication interactive, spontanée et humaine. Ce type de communication, qui se veut une rupture avec la communication médiatique unidirectionnelle propre aux médias plus traditionnels, crée une proximité unique avec le lecteur puisqu’il est plus facile d’entrer en interaction avec un individu qu’avec une entreprise. Et c’est cette proximité qui étonne les décideurs puisqu’elle permet des interactions sous-estimées par ses derniers. Paradoxalement, ce qui freine un bon nombre d’entreprises à utiliser le blogue est ce même type de discours qui se veut personnel et informel.

2.   Est-ce recommandable pour tous les types d’organisations ? Sinon, pour quel type d’entreprises est-ce le plus indiqué dès maintenant au Québec ? Le type d’entreprise n’est pas à questionner, mais plutôt la philosophie d’entreprise. Pour bien bloguer en affaire, il faut que l’entreprise change sa façon de communiquer et si elle n’est pas prête, elle ne devrait tout simplement pas bloguer. De plus, d’autres facteurs entrent en ligne de comptes comme le mentionne Marc Snyder, si le produit ou le service sont mauvais, l’entreprise n’a pas intérêts à utiliser ce type de plateforme. Sans oublier que bloguer pour bloguer n’est pas toujours une bonne idée, il faut avoir des objectifs précis et des stratégies pour y arriver.

3.   Où s’égare-t-on le plus volontiers? Le manque de temps fini souvent pas rattraper les entreprises. Bloguer dans un contexte d’affaire demande beaucoup de temps et d’énergie et le temps vient faire échouer les objectifs et les stratégies de départs. Le risque est de perdre le focus, de s’éloigner de la ligne directrice, de privilégier un moyen de communication qui demande moins de temps.

4.   Quels sont les attributs indispensables à un blogue d’affaires afin d’être en mesure de s’en tirer avec les honneurs de la guerre en gestion de crise éventuelle ? La transparence la plus totale est-elle incontournable? À mon avis,  la transparence totale n’existe pas. Il y a une grande différence entre ne pas dire quelques choses et mentir sur quelques choses. La règle d’or : Il vaut mieux ne pas mentir sur le Web, car tout finit par se savoir. Par contre, cela ne veut pas dire de dévoiler le secret de la caramilk.

Une communication humaine (l’erreur est humaine), authentique (dites la vérité) et interactive (soyez ouvert) est, à mon avis, indispensable à un blogue d’affaires.


5.   Avez-vous des exemples de blogues d’affaires québécois (peu ou pas assez connus) qui valent le détour ?

Mon Top 5 (QC):

January 03 2010

Bloguer pour apprendre


Le 18 janvier prochain, ça fera 1 an que j’aurai publié mon premier billet.  Un an de blogue riche en apprentissages et c’est pourquoi, au lieu de vous offrir mon «top 10» de mes billets les plus lus comme beaucoup le font à ce temps-ci de l’année, je vous offre mon « top 5 » des billets qui m’ont apporté le plus en apprentissage ainsi que le pourquoi de la chose.

L’ordre n’est pas proportionnel aux apprentissages, ils ont tous été importants pour moi :

1 – Mon réseau de contacts : mon histoire

C’est le billet qui a suscité le plus de commentaires sur mon blogue.  Pourquoi ?  Parce que j’ai parlé avec mes trippes sans aucun doute et c’est venu interpeller les gens, assez pour y laisser un commentaire.

2 - Twitter : un réseau d’entraîde

J’avoue que j’ai un faible pour ce billet.  Jamais, au moment où j’ai écrit ces lignes, je ne me doutais qu’il aurait un important impact dans la vie de quelqu’un.  Le concept «donnez au suivant» s’est enclenché et la générosité humaine a fait le reste.  Ce fut pour moi riche en apprentissages personnels qui sont difficiles à traduire en mots… et ce fut l’occasion pour moi de constater que lorsqu’on a un réseau bien bâti (pas nécessairement un gros réseau, le mien est restreint comparé à plusieurs, mais c’est un bon réseau), ça peut être extrêmement efficace.

3 – Pourquoi bloguer ?

M’a permis de comprendre la force des liens vers d’autres blogues.  Quand on s’intéresse sincèrement à ce que les autres font, ça paraît.  Dans mon cas, ce billet a généré d’intéressants échanges avec des blogueurs d’expérience sur mon blogue et sur Twitter.

4 – Pourquoi j’ai payé pour voir Michelle Blanc ?

Mon billet le plus populaire.  Il vient confirmer ce que Michelle Blanc proclame haut et fort dans ses conférences : il faut réussir à intéresser les super-influenceurs.  Elle a fait un lien vers mon billet sur sont profil Facebook et les retombées ont été instantanées.  Ce fut non seulement mon billet le plus populaire cette année, mais la journée où elle a publié un lien vers mon billet, mes statistiques ont triplé.  Attention cependant de ne pas passer votre temps à parler de ces supers-influenceurs : la sincérité de nos écrits transparaît et la tactique serait vite déjouée et ça pourrait même jouer contre vous.

5 – L’homme-orchestre : il s’auto-sabote

Un billet qui, une fois écrit, m’a amenée à réfléchir sur ma ligne éditoriale et qui m’a obligée à en faire une mise à jour vu les propos assez tranchés que j’y tiens et les commentaires reçus.  C’est également un billet qui génère beaucoup de visites comparé aux autres.  Dans les critères de recherches sur Google pour trouver mon site, le mot «homme-orchestre» revient régulièrement.  C’est un terme qui n’est quand même pas nécessairement très commun, alors je suppose que ça facilite les choses.  Mais j’avoue que du côté référencement, j’en suis encore au stade primaire ;-)

Après un an, je suis également très fière d’avoir tenue la promesse que je m’étais faite à moi-même, soit celle d’écrire un billet par semaine, avec régularité.  En fait, mon blogue totalise 70 billets après un an, soit un peu plus de 1 par semaine.  Cependant, ça aussi, ça m’a permis d’apprendre.  J’y ai en effet constaté que la régularité était payante.  Je publie le dimanche soir et, ce même soir ainsi que le lundi, mes statistiques sont en hausses.  Si je publie un 2e article pendant la semaine, mes statistiques ne montent pas au même niveau que le dimanche soir et le lundi.  Mes lecteurs ne sont pas habitués à cette 2e publication hebdomadaire, donc elle peut-être ignorée plus souvent.

Vais-je publier plus souvent en 2010 ?  Oui et non.  Mon objectif reste 1 billet hebdomadaire.  J’adore écrire, mais il y a plein d’autres choses qui me passionnent aussi et dans lesquelles je veux également consacrer du temps.  Cependant, ça ne m’étonnerait pas que les 70 billets soient dépassés et j’espère bien que vous continuerez à de me lire !

Merci d’être au rendez-vous et de commenter mes écrits.  Ce sont vos commentaires qui me motivent à continuer à partager !

December 14 2009

Les blogues d’entreprise au Québec : le désert… et l’oasis

Pour sa deuxième enquête, le Baromètre multiple-media.com s’est attaqué à l’un des « piliers » du Web 2.0 : le blogue. L’objectif était de découvrir jusqu’à quel point les entreprises du Québec l’utilisent réellement, alors qu’un récent sondage américain montre que 32 % des Fortune 500 utilisent ce moyen de communication. Le résultat est sans [...]
Older posts are this way If this message doesn't go away, click anywhere on the page to continue loading posts.
Could not load more posts
Maybe Soup is currently being updated? I'll try again automatically in a few seconds...
Just a second, loading more posts...
You've reached the end.

Don't be the product, buy the product!

Schweinderl